Tiphaine, adulte néophobe – portrait Vracc

Tiphaine est néophobe, et a créé la page Instagram @team_neophobie pour donner la parole aux néophobes et partager leurs témoignages.

Elle prend également la parole en vidéos pour faire connaître plus largement la néophobie chez les adultes, comme elle l’a fait sur Vracc, un média vidéo qui fait des vidéos courtes de portraits de personnes ayant une spécificité peu connue du grand public.

Vous pouvez découvrir le témoignage de Tiphaine dans la vidéo ci-dessous :

Merci Tiphaine pour tout ce que tu fais pour la communauté des néophobes !

A propos de l'auteur

1 réflexion sur “Tiphaine, adulte néophobe – portrait Vracc”

  1. J’ai l’impression de comprendre enfin ce que j’ai depuis toujours ? J’ai 25 ans et je comprends enfin que je suis pas « difficile » ou « capricieuse » ou que « j’aime rien ». Pareil, un père qui me forçait à finir mon assiette même si pourtant j’avais envie de vomir. La purée, par exemple. J’adore ça, mais il faut que ça soit forcément mélangé avec un steak ou du jambon, ou du poulet, ensemble sur ma fourchette ou dans ma bouche sinon j’ai ce réflexe vomitif. Les légumes, impossible, sauf certains depuis quelques années (ça se limite aux tomates, petits pois/carottes)… Et ce, même très bien cuisiné. Sauf en soupe. Mais en soupe il faut qu’il y ait quand même de la pomme de terre et pas trop le gout des légumes… Pourtant, dans certaines recettes, on ne sent pas le goût du légume mais je ne peux quand même pas le manger. Je pensais juste que j’étais chelou ? Mais en fait non, c’est un vrai truc. Carrément, je peux aimer le goût du légume mais j’aurai quand même ce réflexe vomitif. Ce que j’ai n’est pas trop poussé selon moi, ça reste des réflexes vomitifs mais rien de plus… Mais en effet, j’ai toujours eu cette réputation de « t’aimes rien », « t’es chiante » auprès de certains de mes amis et de ma famille. Et quand on est invités chez les gens, c’est super délicat et impoli mais c’est plus fort que moi. Et franchement, j’ai peur d’en parler et d’être vue comme la relou de service (encore), et qu’on dise de moi que je cherche la petite bête. Vous savez, comme ces réflexions là sur ceux qui mangent sans gluten ou carrément végétarien… On est les relous de la société quoi !
    Je vais continuer à me renseigner sur tout ça, mais merci d’ouvrir la parole là-dessus.

Laisser un commentaire

Retour en haut