Se soigner

Allison Ricaud, orthophoniste, nous parle de troubles de l’oralité

On parle de plus en plus des troubles de l’oralité, peux-tu nous en dire plus sur le sujet ? Qu’est-ce que c’est, comment les reconnaître, quel est selon toi le lien entre trouble de l’oralité et néophobie alimentaire ? 

Les troubles de l’oralité représentent des difficultés alimentaires, causées par des hypersensitivités. Les personnes présentant un trouble de l’oralité vont ainsi subir les repas comme des moments pénibles, difficiles, car les sensations perçues (vue des aliments, odeurs, textures sur le mains, en bouche, goûts…) seront des sensations négatives, qui seront même irritatives.

La néophobie est une étape normale du développement oral entre 18 mois et 3 ans à peu près, cela devient pathologique lorsque les néophobies persistent après cette période de développement.

Selon moi, les troubles de l’oralité ont pour origine une hypersensitivité sensorielle, alors que les néophobbies alimentaire ont une origine plus psychologique. Ainsi, ce sont des difficultés distinctes, mais parfois, des personnes présentant des troubles de l’oralité, ne pouvant pas être accompagnées pour travailler sur leurs difficultés peuvent en plus développer des néophobies alimentaires.

 

Toutes les orthophonistes ne sont pas formées aux troubles de l’oralité. Comment as-tu connu ces troubles, et qu’est-ce qui t’a décidé à te former ?

J’ai connu ces troubles en rencontrant deux patientes (deux jumelles), qui m’étaient orientées pour des difficultés alimentaires. Je pensais alors qu’elles avaient des difficultés fonctionnelles (troubles de la déglutition, de la mastication…), mais tout semblait fonctionner sur le plan moteur. Je me suis donc demandée pourquoi ces petites filles refusaient de manger. C’est ainsi que j’ai rencontré Véronique Leblanc (psychologue spécialisée dans l’oralité à Robert Debré). J’ai assisté au bilan de ces petites filles avec Véronique Leblanc, un monde s’est alors ouvert à moi, j’ai trouvé son approche très intéressante, j’ai ainsi décidé de continuer de suivre ces patientes, et de me former.

 

Peux-tu nous donner quelques signes qui permettent de savoir si l’on souffre du trouble de l’oralité ?

Tout d’abord, de repas difficile : repas longs, hypersélectivité alimentaire, refus, colères, agitation aux repas, pas de plaisir à manger, peu/pas de sensation de faim, refus des morceaux…

Mais aussi, des difficultés à toucher des textures (alimentaires ou non) avec les mains (personnes qui ne supportent pas d’avoir les mains sales, de marcher dans le sable, d’être touchés …)

Personnes qui ne supportent pas d’être touché près du visage, de la bouche, qui ont un réflexe nauséeux très sensible, des nausées et des vomissements fréquemment.

 

Bien entendu, rien ne remplacera un bilan effectué par un professionnel qualifié, mais y a-t-il des questions à se poser qui permettraient de savoir s’il est nécessaire d’aller consulter pour un trouble de l’oralité ?

Selon moi, il est nécessaire de réaliser un bilan dès que les repas sont difficiles, et qu’il n’y a pas de troubles fonctionnels. Le bilan pourra ainsi orienter vers une prise en charge ou non.

Si les troubles de l’oralité sont diagnostiqués tôt, les parents/adultes sont moins démunis face à leurs difficultés, ils se sentent plus compris, accompagnés, peuvent mettre des mots sur ce qu’ils ressentent. Cela permet aussi d’éviter que le forçage au repas s’installe, et que le climat familial à ce moment là soit plus paisible.

Et plus la prise en charge est précoce, plus les progrès sont importants et « rapides ».

 

On a déjà parlé sur le blog des massages proposés par Mme Senez et les orthophonistes qu’elle a formées. Pourquoi est-ce que tu as choisi de ne proposer les massages à tes patients ?

Je ne propose pas de massages car je ne suis pas formée par Mme Senez. Je propose des sollicitations péri-orales et intrabuccales, mais de façon moins ritualisée que ceux proposés par Mme Senez. Avant les sollicitations orales, je travaille avec le corps, et tous les sens (regarder, sentir, toucher…) car les troubles de l’oralité alimentaire ne sont pas qu’une hypersensitivité au niveau buccal.

 

Quel est le traitement / les exercices que tu proposes à tes patients comme alternative aux massages ?

Comme expliqué ci-dessus, avant de travailler autour de la sphère orale, je commence par solliciter l’ensemble du corps, et des sens.

Il me semble en effet primordial d’accepter de regarder, sentir, toucher un aliment avant de le mettre en bouche. Je reprends ici une phrase de Véronique Leblanc qui me paraît très représentative «  Ce que mes yeux, mon nez et mes mains n’ont pas apprivoisé, ma bouche n’y touchera pas ».

Une fois que le patient a accepté de regarder, sentir et toucher (avec plaisir !) un aliment, alors on essaye ensemble de s’approcher du visage, des lèvres, de la langue … jusqu’à ce qu’il accepte l’aliment en bouche, et qu’il prenne du plaisir à l’avaler.

Il me semble important de souligner que nous suivons toujours le rythme des patients. Il est ainsi évident que nous ne forçons jamais.

 

Depuis combien de temps pratiques-tu ces exercices ? Quelle évolution peut-on espérer chez les personnes hyper-sensibles ?

Je pratique ces exercices depuis environ 3 ans. Aujourd’hui, je commence à sevrer des enfants en nutrition artificielle, et permet aux enfants sans gastrostomie de manger avec plaisir, de nouveaux goûts et de nouvelles textures.

 

Et enfin, je sais que beaucoup de parents lisent le blog et qu’ils seront nombreux à me poser la question (et malheureusement je n’ai pas la réponse !) connais-tu un moyen de trouver des orthophonistes formées à la méthode que tu pratiques ?

Via le groupe Miam Miam sur Facebook, nous organisons des journées d’information destinées aux parents et aux professionnels. Ainsi nous commençons à connaître quelques professionnels formés. Mais il est encore très difficile pour nous d’orienter vers des professionnels (orthophonistes ou autres professions paramédicales).

Il est important de savoir que ce type de prise en charge est une formation ouverte à tous les professionnels  et que la formation en ce domaine se développe afin de répondre aux nombreuses demandes !

 

 

 

Encore mille mercis à Allison pour avoir répondu à mes questions !

Article précédent Article suivant

Tu peux aussi être intéressée par…

31 commentaires

  • Répondre Sterre 17/11/2015 à 11 h 10 min

    Bonjour.

    Nous sommes dans cette situation avec notre fille Emma de 2 ans et 1 mois.
    Cela fait depuis l âgé de 3 semaines que nous sommes confrontés à ses problèmes D alimentation. Cela a bien entendu commencé avec le refus du lait ( batterie D examen… Test D allergie… Chgt de lait etc… Urgence pédiatrique à plusieurs reprises….) tout cela pour nous entendre dire que notre fille ne se laisserai pas mourrir de faim et qu’il n y a avait rien de grave ( elle est qd meme rester 24h dans biberons…).
    A la diversification cela a aussi été compliqué elle mangeait des quantités très minimes mais il fallait constamment la divertir pour lui faire un peu oublier ce moment désagréable pour elle qu etait le repas. A l âgé de 9 mois lorsqu est venu le temps de la séparation suite au retour au travail les faits se sont accentués, nous avons changer 5 fois de Pediatre en vain puisque notre fille allait tress bien pour eux et qu’il fallait juste « attendre » le déclic…! « Attendre » : ce maître mot pour les médecins mais qui au final ne nous ont donnés aucune solution aux pb D Emma. Nous avons tjs refuser la sonde gastrique et avons préféré prendre le temps qu’il fallait pour la nourrir. Aujourdhui rien n est gagné puisqu elle refuse catégoriquement tout les morceaux à se faire vomir, le yaourts doivent être uniquement de la meme marque sinon rien que de voir que le pot est différents elle se braque…
    Petit à petit à force de prendre le temps de la rassurer elle commence à vouloir mettre à la bouche 3 ou 4 aliments ( bien sûr les qte sont minime et ne constituent pas un repas) comme le jambon, les knakis ou gâteau sales…
    A force de recherches je suis donc tber sur le blog de MME SENEZ sur les troubles de l oralite et cela a été comme une évidence pour nous. EMma souffre du SDS… Hier nous avons eu rdv avec une Pediatre de l hôpital l ARCHET qui nous confirme cela et doit nous diriger vers une équipe de pedopsy et orthophoniste spécialisé. Nous à savons que la route est encore longue mais on reste optimiste et espérons fortement qu elle prenne goût au repas ( surtout avec la prochaine rentrée scolaire qui arrive).
    Merci D avoir pris le temps de lire et merci a MME SENEZ grâce à son blog qui nous a permis de déceler le probleme de notre fille face à des médecins à mon goût incompétent !!

    • Répondre LeeLoo 28/12/2015 à 22 h 22 min

      Malheureusement beaucoup de médecins, contrairement aux ortho ou kinés, ne se forment plus une fois diplômés, donc pas au courant des nouvelles découvertes, et ne sont de plus pas du tout ouverts quand on leur parle de maladies « nouvelles »… J’espère que le suivi avec l’ortho aidera votre fille à se nourrir plus facilement, bon courage pour ce long voyage qui vous attend.

    • Répondre Widad 08/09/2018 à 11 h 20 min

      Bonjour, ma fille a également 25 mois et votre histoire est similaire à la mienne. Je voudrais savoir svp si votre fille va mieux avec les séances d’orthophonie parce que la je galère avec ma fille.

  • Répondre Sadi 08/08/2016 à 9 h 26 min

    Bonjour,

    Je suis une maman d’un petite garçon de 9 mois, je l’ai allaité mais des le 7 eme jour les vomissement en surgis d’un coup et ce sont jamais arrêter depuis!!! Au début en nous disait que c’était le surplus après a bout de force il as finis par chope une bronchiolite 10 jours d’hospitalisation… A la sortis toujours autant de vomissement et refus du bib… Au final mon fils est allergique a la protéine de lait de vache mais cela sais su a son 4 même mois a cause de la bronchiolite est force de vomissement rgo… Aujourd’hui il as 9 mois l’inixium plus gaviscon lait mondilac riz mon fils refuse le bib la cuillère je le nouris a la seringue… Alors je que je comprend pas une me fait une semaine que le bib rien d’autre l’autre semaine cuillère rien d’autre et une autre semaine seringue et refuse tout autre chose…pareille il refuse les textures les morceaux et ce fait vomir sans arret!!!

    Je suis une maman d’espérer je ne sais plus ou donner de la tête j’ai arrêter de travailler puisque les nounous n’arrivent pas!!!

    J’ai vraiment besoins d’aide

    Merci

  • Répondre Florence Noemie 09/09/2016 à 18 h 13 min

    Ce maux est mal connu par les médecins tant qu’au pédiatre jusqu’au 3 ans c des caprices et après il a la blague de dire mais c pas normal faut faire un test d’oralite !!!! Mais en attendant toi en tant que maman tu stresse pendant 2 ans et demi et tu dis Ben merde qu’est ce qui se passe ou qu’ai-je fait de travers moi aussi à mon tour j’ai rencontré une super Ortho mais lé soucis ma fille na un caractère bien têtu donc la la patience est de vertu !!!!!!

  • Répondre Alex 28/10/2016 à 6 h 39 min

    Ma fille n’acceptait que les petits suisses a 9 mois, mon médecin traitant m’a orienté vers l’orthophoniste. J’ai eu beaucoup de chance. En plus elle a voulu se former pour soigner ma fille qui a accepté d’abord les biscuits soufflés apéritif apres plusieurs semaines puis à pu diversifier.
    Aujourd’hui à 7 ans elle refuse toujours le moindre fruit ou légume cru (ni bonbon ni soda, ni desserts), quitte la pièce quand on manipule une banane ou une orange.. Elle vomit parfois si elle mange trop (la notion d’excès est impossible à évaluer) de son plat préféré…..elle accepte de se salir et reste très chatouilleuse.
    Je me demande si de reprendre des séances pourrait lui permettre d’accepter les fruits crus et améliorer la notion de limite.
    Entre-temps elle est suivie pour le langage.

  • Répondre Lyse 14/12/2016 à 13 h 55 min

    Bonjour, en vous lisant je m’interroge pour ma fille de 4 ans.
    Elle a été diagnostiqué faisant de l’anorexie du nourrisson à 12 mois après 6 mois de refus de prise alimentaire et de nombreuses hospitalisations pour déshydratation et dénutrition. De nombreux tests ont été effectués même des tests génétiques de maladies rares. Les médecins n’ont rien trouvé et ont donc décidé que c’était de l’anorexie du nourrisson. Elle a toujours mangé davantage avec moi qu’avec n’importe qui d’autre ce qui est rare dans cette maladie.
    Aujourd’hui à 4 ans, ma fille n’a pas faim ou si elle dit avoir faim au bout de trois cuillères elle dit ne plus avoir faim. Elle prend pourtant plaisir à manger, et mange des aliments étonnants pour une fillette de son âge : cornichons, asperge, endives, sushi, saumon fumé…
    Je ne l’ai jamais forcé à mangé quoi que ce soit, elle mange si elle en a envie, elle se nourrit principalement de biberons : un en début de nuit, un le matin et un après la sieste.
    Depuis peu elle voit un psychologue avec qui elle a tout de suite noué une relation de confiance.

  • Répondre katell 15/06/2017 à 14 h 49 min

    Bonjour, mon fils aura 8 ans au mois de juillet, et je me demande s’il ne souffre pas de ce trouble de l’oralité.
    Bébé le biberon passait très bien mais lentement, les problèmes sont apparus au moment de la diversification, il n’a jamais manger de purée et est passé directement aux morceaux, que je coupaient, du coup très très petit et que je faisait super cuire pour que cela fonde dans la bouche, pour ne pas qu’il s’étouffe. aujourd’hui il ne mange que du riz, des pâtes, de la semoule tout ça sans sauce, ni ketchup, ni gruyère, ni beurre ! il mange des fruits en morceaux et en compote. Les repas sont souvent une source de stress pour moi, car je sais qu’il va râler en voyant le contenu de son assiette.
    Que dois-je faire ?

    • Répondre Marie 27/06/2017 à 11 h 19 min

      Bonjour,

      Si vous suspectez un trouble de l’oralité, alors vous devriez consulter une orthophoniste formée aux troubles de l’oralité (attention, toutes ne le sont pas, demandez le au moment de la première prise de contact avant de prendre rdv), qui pourra poser un diagnostic de trouble de l’oralité.
      Pour ce qui est des repas, je pense qu’il est important de travailler sur cette source de stress, pour la faire disparaître et que les repas deviennent un moment en famille sans stress (au moins un moment neutre s’il ne peut être agréable pour lui…) il est important qu’il réussisse au moins à vivre les repas sans stress, et à manger des repas parmi les aliments qu’il accepte.

      Bon courage à vous et votre fils,
      Marie

  • Répondre leo 23/10/2017 à 2 h 41 min

    Bonjour,
    mon fils de 20mois, grand préma, a ce trouble, il doit bientot voir un phsychotérapeute, mais le rendez-vous n’est pas pour tout de suite.
    Les repas sont très compliqués il mange très peu, et ne prend pas beaucoup de biberons.
    J’ai l’impression que la situation ne fait que de s’aggraver.

    Que pouvons-nous faire pour faciliter les repas ?
    Etonnament il mange facilement le saucisson, devons-nous lui en donner ?
    Avez-vous des astuces pour aider ?

    • Répondre Marie 23/10/2017 à 13 h 58 min

      Bonjour Leo,
      N’hésitez pas à chercher également une orthophoniste formée aux troubles de l’oralité, qui pourra poser (ou non) un diagnostic de dysoralité sensorielle.
      Bon courage en tout cas, à vous et votre fils
      Marie

      • Répondre Sterre Laura 23/10/2017 à 14 h 02 min

        Bonjour
        Ma fille de 4 ans a été diagnostiquée à 2 ans… mais depuis ses 3 semaines elle a refusé de manger (suite à une hospitalisation et un reflux).
        Elle est à ce jour suivie par une orthophoniste, il y a eu bcp de progrès en 2 ans. À ce jour elle commence à manger un peu mieux mais pas vraiment de diversification.
        Elle est suivie également au CAMSP où elle y est vraiment bien prise en charge. L’orthophoniste joue également le rôle de psy. Et ma fille lui fait une totale confiance !!!
        Bon courage à vous.

        • Répondre Marie 23/10/2017 à 14 h 35 min

          Merci Laura pour votre commentaire encourageant ! 🙂 C’est vrai que les ortho jouent souvent plusieurs rôles à la fois. La mienne a été précieuse dans ses conseils sur la nourriture / les nouveaux aliments / comment les cuisiner, les associer, etc. Cela sort aussi totalement de ses compétences de base d’ortho, mais c’est aussi pour ça qu’il est important de trouver le bon professionnel de santé avec qui le feeling passe bien en plus de ses compétences purement professionnelles. En tout cas votre témoignage est encourageant pour les autres parents, merci beaucoup !

          Marie

  • Répondre Seesungkur Komitra 11/11/2017 à 0 h 53 min

    Bonsoir,
    En recherchant les informations sur les problèmes concernant ma petite fille de 19 mois , je la retrouve dans les explications D Emma 2015.
    On est aussi depourvu car ma petite fille ne mange pas du tout des morceaux. Elle mange encore comme des bébés, très lisse.
    Elle est intéressée mais aussitôt qu’elle le prend en main, elle fait que lécher puis elle le repose.
    Je ne sais pas si on peut dire un dégoût, cest pas ce que j’observe mais on dirait une fuite ou une peur.
    Ma fille a consulté un orthophoniste, il y un mois, je me demande si avec une seance par mois est-ce suffisant et peut-on constater une amélioration? Ma fille doit exercé des massages au quotidien. Est-ce pas mieix qu’un professionnel l’exerce au moin une fois par semaine pour soulager la maman.

    Aujourd’hui en découvrant votre site je me pose beaucoup de questions???
    Est il possible de nous aider, de nous conseiller svp.

    • Répondre Marie 13/11/2017 à 10 h 59 min

      Bonjour,

      L’orthophoniste est la mieux à même de savoir ce qui est bien pour votre enfant, je ne suis pas formée médicalement (je ne suis « que » une néophobe qui partage son expérience), et ne saurais vous dire ce qu’il faut pour votre fille.
      Si vous pensez qu’une fois par mois n’est pas suffisant et que vous avez besoin d’être accompagnée plus régulièrement, pourquoi ne demandez-vous pas à l’ortho d’augmenter la fréquence des séances ?

      Bon courage,
      Marie

  • Répondre Perret 03/01/2018 à 19 h 03 min

    Bonsoir je suis maman d’un fille de 6 ans et demi et depuis son hospitalisation a ses 1ans elle selectionne beaucoup meme énormément elle prends encore des biberons de blédidej sinon mange de la pizza au fromage ,4 ou 5 frites et la graine de couscous au beurre sinnon des biscuits et bonbons.pour les pates elle a essayee pour me faire plaisir mais desuite elle a eu des naussées .elle refuse de gouter les fruits les legumes la viande . Je l’ai ammenée chez un pedo psychiatre qui m’a dit qu elle n’allait pas se laisser mouurrir de faim mais le soucis c’est qu elle ne connais pas la sensation de faim .j’ai fait intervenir un hypnotiseur sans succes non plus .elle est souvent malade et je me pose la question de la mettre en ecole sanitaire .je ne sais plus quoi faire .si vous pouvez m’aider a trouver des solutions.merci par avance

    • Répondre Marie 04/01/2018 à 16 h 01 min

      Bonjour,

      Effectivement le conseil à la c** « on ne se laissera pas mourir de faim » reste à vérifier pour les néophobes… Pour le moment je pense que l’essentiel est de réussir à la nourrir suffisemment pour qu’elle reste en forme, peu importe ce que c’est et si c’est pas varié. Si elle tombe souvent malade, peut-être qu’il serait judicieux de compenser son alimentation peu variée avec des compléments alimentaires ?

      N’hésitez pas à rejoindre le groupe facebook, où vous pourrez échanger avec d’autres parents qui sont dans la même situation que vous.
      Bon courage,

      Marie

  • Répondre jessica nguyen 22/01/2018 à 22 h 26 min

    Bonjour. Ma fille à eu 2 ans il y a deux semaines. Et depuis ses 15 mois elle ne veut plus rien …. a part des pâtes. Ou du riz. Sinon c est yaourt au chocolat. Et biscuit au chocolat. Ça devient très compliqué. Je me bat chaque jour avec pour qu’elle mangé un peu… Mais en vain. 😔 je ne sais plus vers qui me tourner. Ma pédiatre me dit que c’est l’âge où ils refusent de manger. ….

    • Répondre Marie 26/01/2018 à 9 h 43 min

      Bonjour,

      Effectivement, c’est l’âge. Pour beaucoup c’est la phase du non où c’est un peu plus dur de les faire manger mais ils arrivent quand même à se forcer et à se nourir à leur faim. Pour ces enfants là, ça passera en grandissant.
      Pour certains autres, c’est pathologique, hauts le coeur et vomis incontrôlables, impossibilité totale de goûter de nouveaux aliments… Dans ce cas, il peut être utile de consulter pour poser un diagnostique de dysoralité sensorielle.

      Peut-être qu’une orthophoniste pourrait vous aider, n’hésitez pas à contacter celles proches de chez vous en demandant si elles sont formées aux troubles de l’oralité (toutes ne le sont pas car cela ne fait pas partie de la formation initiale)

      Bon courage !
      Marie

  • Répondre Marie-Julie 07/02/2018 à 18 h 46 min

    Bonjour,

    J’ai un petit garçon de 27 mois très mignon mais qui a pas mal de difficultés pour manger.

    Il ne semble pas ni curieux ni intéressé par les aliments et je n’ai pas l’impression qu’il prenne du plaisir à manger. Il refuse même de toucher les aliments avec les doigts ou quand il le fait (très rarement) il les jette de suite en faisant la grimasse et sans les amener à sa bouche.
    Il ne veut pas goûter de fruits ou de légumes crus, ni aucun autres aliments.

    Par contre, dès qu’il y a des gâteaux d’apéritif ou pour le goûter de l’après-midi, du moment que c’est craquant et pas pâteux ou moelleux, aucun problème… Donc ok pour les chips, le chocolat, les boudoirs et autres biscuits.

    Pour les repas, tout ce qui est liquide ou mixé c’est parfait, mais dès qu’on lui propose de vrais assiettes avec des morceaux, sans que ce soit « crémeux » ou « onctueux », il refuse. Il préfère même se priver de manger…

    Je viens de découvrir les troubles de l’oralité et je pense que cela peut correspondre.

    A partir de quel âge peut-on amener un enfant chez un orthophoniste spécialisé dans ces troubles pour faire un bilan?

    Merci à ceux qui prendront le temps de me lire

    Marie-Julie

    • Répondre Marie 15/02/2018 à 18 h 07 min

      Bonjour Marie-Julie,

      Je ne sais pas du tout à partir de quel âge on peut emmener un enfant chez l’orthophoniste, je vous invite à contacter celles autour de chez vous, et leur poser la question.

      Bon courage !
      Marie

      • Répondre Sterre 15/02/2018 à 18 h 13 min

        Bonjour
        Pour ma part je vous conseillerai de prendre rdv dans le camsp dont vous dépendez. Ils poseront ensuite leur diagnostic et vous enverrons vers des orthophoniste spécialisés s’il y a lieu.
        Bonne soirée et bon courage

  • Répondre Boutelier 17/07/2018 à 21 h 36 min

    Magnifique articles sur le trouble de l’oralité, qui pourra aider sans aucun doute de nombreux parents perdus. Ma petite fille âgée maintenant de 4 ans et demi est atteinte de ce trouble, qui régresse petit à petit. Elle a eu un syndrôme polymalformatif avec sténose duodénale, fente palatine, malformation du système urinaire. Ses premières années furent très difficiles mais une des épreuves les plus difficiles fut de vivre et comprendre sa relation à l’alimentation. Il a fallu bcp de temps pour diagnostiquer ce trouble, et nous n’avons pas été bcp aidés pour trouver des solutions mais nous avons avancé petit à petit, avec l’orthophonie, avec nos propres idées, recherches et avec un planning d’entraînement quotidien que l’on s’est fixé. J’ai raconté l’histoire de ma fille et de son trouble dans un livre. J’espère qu’il pourra aider des parents qui comme nous, souffrent et se sentent démunis face à ce trouble, et qu’il leur montre également qu’ils ne sont pas seuls face aux regards des autres, à cette sensation de différence, et à ces professionnels qui vous disent  » un enfant ça ne se laisse pas mourir de faim ». Voici le lien, si ça peut aider: https://www.librinova.com/librairie/sylvain-boutelier/le-premier-jour-de-l-hiver

  • Répondre Mu 29/09/2018 à 12 h 16 min

    Bonjour,
    J’ai lu pas mal de commentaires et je me permets de rajouter le mien. Pour ma part, j’ai toujours senti qu’il y avait quelque chose qui « ne passait pas » dans l’alimentation de ma fille.. Quelques temps après la naissance elle a commencé à faire des fausses routes avec son biberon, pile quand on a voulu passé sur la tetine débit supérieur.. Après il y a eu la diversification avec des vomissements très fréquents.. En prime ma fille est asthmatique. Les médecins mettaient cela sur le coup de reflux.. Moi je me disais que c’était pas ça.. J’ai insisté sur les problèmes de fausses routes pour finalement voir une super orthophoniste à Jeanne de Flandres qui a diagnostiqué le SDS. Aujourd’hui ma fille a 19 mois, elle a encore énormément de difficultés pour manger des morceaux mais on a fait des progrès géants en 6 mois. Et je trouve que les plus gros progrès ont été faits quand on a travaillé sur les autres choses difficiles que ce qui est alimentaire (par exemple aller dans l’herbe, accepter d’être touchée, toucher des textures diverses, se brosser les dents). C’est étrange mais pour notre fille c’est en travaillant d’autres choses qu’elle a pu goûter de nouvelles choses. Bref, voilà pour notre expérience.

  • Répondre ABIVEN 19/10/2018 à 17 h 05 min

    Bonjour,
    Ma fille vient d’avoir 2 ans et demi. Elle ne manger que des petits 6 mois mixés. Elle adore le pain mais que de la baguette, des gâteaux apero mais pas tous et des boudoirs mais une seule marque.
    Elle a bien voulu goûter un pâte un jour mais vomi de suite. Elle a beaucoup de mal à toucher les choses que ce soit alementaires ou non et elle caline mais à des moments elle ne.supporte pas qu’on la touche. Elle n’ jamais voulu goûter du riz, des pâtes , du chocolat, des brioches…..je suis demunie et la pédiatre m’a dit depuis ses 1 ans que ça viendrait.
    Ça ressemble fortement à ce trouble, j’ai pri rdv avec mon médecin traitant pour lui en parler.

  • Répondre chris 07/11/2018 à 10 h 22 min

    Personne ne se pose la question de savoir pourquoi y a-t-il autant de phobies alimentaires ? ou même de phobies en général d’ailleurs ? Pourquoi une telle progression de problèmes d’origine psychologique chez nos bambins ?

    • Répondre Marie 07/11/2018 à 19 h 21 min

      Peut-être parce que le problème n’est pas psychologique justement… Pour ma part, et dans une grande partie des cas de néophobie, le problème vient en réalité d’une hypersensibilité de la sphère orale, c’est ce dysfonctionnement physique qui a poussé au développement de la phobie et des comportements d’évitement autour de l’alimentation. Après, pourquoi de plus en plus d’hypersensibilité, c’est aussi une bonne question…

      Probablement que les changements d’alimentation y sont pour beaucoup : nourriture plus transformée, aliments modifiés (blé « amélioré » pour être plus stable et faire du plus beau pain, OGM, ajout de gluten aux aliments pour une meilleure présentation/tenue/conservation/que sais-je encore), surprésence des colorants alimentaires, des aliments hyper sucrés…. Mais bon saura-t-on vraiment un jour? Probablement pas (dans 2 ou 3 générations peut être…)

  • Répondre Amandine 15/11/2018 à 15 h 04 min

    Bonjour. Maman d’une poulette de 10 mois, je m’interroge sur un éventuel trouble de l’oralité. Elle est toujours allaitée avec moi, et biberon de lait maternel chez la gardienne. Jusque là, tout va bien. Courbe de poids parfaite, déglutition aussi, et aucunes crevasses pour ma part. Nous avons voulu commencer la diversification à 6 mois, méthode DME. Et nous voilà à 10 mois, avec une poulette qui refuse tous les aliments ayant une texture molle/semi-molle. Elle ne mange que: pomme crue, concombres en bâtonnets, pain des fleurs, pain grillé, fromage style gouda. Tout ce qui est purée, compote, légumes cuits, ect. C’est beurk, elle refuse. Elle a cependant bien acquit la mastication, il le faut pour ne manger que ce qui est dur. Sinon, en dehors de la nourriture, elle porte tous les objets à sa bouche. Bref, il y a quelque chose que je ne comprend pas… Dois-je faire quelque chose ou est-ce que ça va passer avec son développement? Merci de votre réponse !

    • Répondre Marie 16/11/2018 à 15 h 09 min

      Bonjour,
      Je ne suis pasqualifiée pour répondre à vos questions, si vous avez des doutes vous pouvez faire un bilan auprès d’une orthophoniste formée aux troubles de l’oralité (attention, toutes ne le sont pas, demandez au moment de la prise de rendez-vous)

      Bien à vous,
      Marie

  • Répondre Orianne 04/12/2018 à 20 h 40 min

    Bonjour, mon petit garçon Noé aura 2 ans au mois de janvier et depuis quelques moi l alimentation est plus difficile, il refuse parfois complètement de s alimenter, et à parfois des hauts-le-coeur avant même d avoir gouté…. Il refuse quasiment t tout ce que je prépare mais même dans les petits plats de son age, c est de plus en plus compliqué… Je me demande donc si c est l age du non ou si ca peut être un trouble de l oralité, comment différencier les 2… Dans tous les cas c est très déstabilisant… Et j avoue que ca m inquiète. Je ne voudrai pas passer à coté de quelque chose… En plus comme il mange de moins en moins équilibré il est souvent constipé… Qu’ en pensez vous? Auriez vous des conseils à me donner… Merci d avance orianne

    • Répondre Marie 05/12/2018 à 17 h 24 min

      Bonjour,
      Si vous suspectez un trouble de l’oralité, vous pouvez effectuer un diagnostic auprès d’une orthophoniste formée aux troubles de l’oralité (attention, toutes ne le sont pas, posez la question au moment de la prise de rendez-vous)
      Le diagnostic pourra vous confirmer si c’est la période normale du non ou s’il y a effectivement un trouble de l’oralité

      Bon courage,
      Marie

    Laisser un commentaire