Journal d'une néophobe

Il était une fois…

Il était une fois une petite fille très difficile, diront la plupart des gens qui m’ont connue. Une chieuse, une vraie, un petit monstre même diraient mes oncles, tantes et cousins. Une gamine qui n’a pas fait le passage aux morceaux, dirait ma mère. Peut-être parce que mon frère est né à ce moment là, ou peut-être pas… Une gamine traumatisée par un papa énervé qui a crié trop fort contre sa fille qui ne voulait pas manger, dirait mon père, qui culpabilise encore. Une fille qui s’écoute, disent certains, qui ne prennent pas vraiment la peine de creuser sous l’écorce.

Bébé, je mangeais de tout, tant que c’était en bouillie, ma mère me faisait même avaler de la cervelle et du foie sans aucun souci, hyper fière de sa fille qui mange de tout sans broncher. Si elle avait su… Puis ça a bloqué, comme ça sans savoir pourquoi. Je n’ai aucun souvenir de ça, j’étais trop petite pour m’en rappeler. Mon premier souvenir à ce propos date de la maternelle, j’étais la dernière à la cantine, tous les autres avaient déjà terminé leur repas et étaient repartis jouer dans la cour, mais moi j’étais toujours là, l’irréductible qui refuse encore et toujours de manger, ne cédant à aucune des ruses des dames de la cantine…

Jusqu’en CM1, mon repas tous les midis comprenait deux yaourts nature, et rien d’autre. Des frites ou des pâtes quand il y en avait au menu, mais sinon les deux yaourts qu’on me mettait gracieusement de côté chaque jour me suffisaient pour tenir jusqu’au soir. C’était le meilleur compromis que ma mère avait réussi à trouver avec l’école pour que je puisse rester à la cantine. Mais au cours de mon année de CM1 la direction a changé, et avec elle, mes privilèges ont disparu. Et je n’ai plus jamais remis les pieds dans une cantine de ma vie.

Petite, mon alimentation se limitait à une quinzaine d’aliments, tout au plus.

Principalement des féculents. Pâtes au beurre (et même pâtes de couleurs, attention !), riz au beurre aussi, les deux assaisonnés d’une poignée de sel et d’un cube de bouillon de boeuf Maggi, mais si c’était du bouillon de volaille ou autre, ou alors une autre marque, je le sentais de suite, et la vue d’un micro morceau de carotte inhabituel au milieu de mon plat de pâtes m’empêchait de toucher à mon assiette. Pomme noisettes (affectueusement surnommées patates rondes), et pommes rissolées (patates carrées), gaufres de pommes de terre (de la marque Findus, un de mes repas préférés jusqu’à ce qu’ils aient la très mauvaise idée d’arrêter d’en faire !), frites. Mais pas de pommes de terre vapeur, pas de purée, pas de gratin dauphinois ni aucun gratin d’ailleurs. Pas non plus de blé, ma mère a tenté l’Ebly une fois, mais ce fut un échec cuisant. Pas de semoule non plus.

Côté légumes, c’était… comment dire ? Assez limité. Le velouté de légumes verts de ma maman, et rien d’autres. Elle le faisait maison, et y mettait le maximum de légumes possible, le moulinait une fois puis deux avant de le congeler dans des pots à confiture. Puis chaque soir, ou un soir sur deux suivant les périodes, elle le repassait au mixeur avant de le servir, pour être vraiment certaine qu’il ne restait plus un seul morceau. C’était ma seule source de légumes. Pour les fruits, même combat. Le seul qui passait était la banane. Je ne peux pas dire que j’aimais vraiment ça, mais je pouvais en manger, et du coup, à m’avoir forcée à en manger régulièrement, j’en suis aujourd’hui dégoûtée.

Pas de viande, pas de poisson, pas de volaille. Aucune exception. Pas de poisson pané, pas de jambon, pas de steak haché, rien. Aucune exception. Un peu d’œufs, mais à la coque uniquement, et attention, ils devaient être cuits parfaitement car si le jaune avait durci ne serait-ce qu’un peu, hors de question que j’y touche. Et c’était la croix et la bannière pour réussir à me faire manger un peu de blanc d’oeuf.

Pour compenser tout ça, comme je l’ai dit un peu plus haut, velouté de légumes chaque soir, et yaourt obligatoire matin midi et soir pour le calcium. L’avantage, c’est que je n’ai jamais été punie de desserts ! Et bien sûr, yaourts sans aucun morceau de fruits, et pas de compote non plus.

Ah, et puis aussi, je n’aimais pas l’eau, je ne buvais que de l’Oasis orange (parce que Oasis is good).

Côté sucré, je suis beaucoup moins difficile, mais là encore aucune règle ne s’applique. J’aimais certains biscuits et d’autres non, sans aucune raison apparente. Les crêpes oui, le pain oui, mais blanc de blanc, pas de pain de campagne, et encore moins du pain aux céréales. La moindre graine apparente m’empêchait totalement de toucher au pain. Et en parlant de céréales, j’en mangeais, mais des Coco Pops seulement, et surtout pas une autre marque. Non, toutes les céréales au chocolat ne se ressemblent pas.

Ah, et puis histoire d’outrer bon nombre de personnes : non, je n’aime pas le Nutella.

Voilà la liste non-exhaustive mais presque quand même de mon alimentation, de mes 2 ans à il y a quelques mois. Je ne pense pas avoir oublié grand chose…

Article précédent Article suivant

Tu peux aussi être intéressée par…

3 commentaires

  • Répondre Angélique 01/08/2012 à 10 h 39 min

    C’est marrant comme on s’attache à certains aliments…chez toi c’était les « gaufres de pommes de terre Findus » et pour moi, quand j’étais petite, c’était les crêpes jambon/fromage. Ils n’en font plus depuis des années et j’avais arrêté d’en manger, mais j’en ai trouvé d’autres de la marque Marie il y a quelque temps qui me conviennent. Tout le monde dira « mais c’est la même chose ». Moi je sens vraiment la différence.

    Ne penses-tu pas que les néophobes alimentaires aient un sens du goût plus développé?

    Chez moi, même les pâtes doivent être d’une certaine marque. J’arrive à en manger d’autres marques mais ça passe moins bien. Clairement, je sens une différence,surtout dans la texture.

    Je pense qu’on est certainement plus sensibles que les personnes dont l’alimentation est variée.

    • Répondre LeeLoo 06/08/2012 à 22 h 59 min

      Moi aussi je suis difficile sur les pâtes. Mon copain n’arrête pas de me dire qu’il ne voit pas la différence entre des pâtes premier prix et des pâtes de marque, mais moi je la vois vraiment. Je pense que comme on mange les aliments la plupart du temps nature, on sent plus le goût de l’aliment de base, alors que des gens à l’alimentation plus variée ne verront pas la différence car ils l’accompagneront toujours d’une sauce ou de gruyère ou autre…

  • Répondre Angélique 09/08/2012 à 19 h 57 min

    Mon copain aussi trouve que toutes les pâtes se valent . Marques,formes,cuisson, il ne remarque aucune différence.

    Oui on est peut-être devenues des expertes en pâtes. La psy que je consultais m’avais dit qu’après tout on a tous des goûts différents et une sensibilité différente par rapport à ces choses là,je pense qu’elle a raison, on doit avoir un sens du goût peut-être pas plus développé mais plus sensible.

  • Répondre à LeeLoo Annuler la réponse.