Journal d’une néophobe

Journal d'une néophobe

Les goûts et les odeurs…

Les goûts et les odeurs ne se discutent pas !

Un des néophobes du groupe SED a fait une réflexion sur son rapport aux odeurs des aliments, et demandait si c’était le cas de tous les néophobes. J’ai répondu qu’effectivement pour moi aussi, il est difficilement concevable de pouvoir avoir envie de manger quelque chose dont on ne trouve pas l’odeur agréable. Je ne me verrai pas manger du camembert, du chou, ou encore moins du thon. Ces odeurs pour moi sont à la limite du supportable et peuvent jusqu’à me donner la nausée. Comment alors imaginer les aliments d’où proviennent ces odeurs dans ma propre bouche ? Comment imaginer qu’un aliment qui me provoque la nausée à distance puisse me procurer du plaisir une fois en bouche ? Paradoxe difficile à concevoir pour moi.

Il semblerait que beaucoup de néophobes aient une hypersensibilité aux odeurs, et je me faisais cette réflexion : j’ai toujours pensé que j’avais l’odorat particulièrement développé parce que mon goût était au contraire très peu développé, comme les aveugles, privés de leur vue, développent davantage leur ouïe. Avoir un sens plus en alerte pour en compenser un autre qui se trouve diminué. Mais finalement, et si c’était le contraire ?

Et si c’était cette hypersensibilité olfactive qui avait provoqué cette phobie alimentaire dès le début.

J’ai lu quelque part que les personnes atteintes de néophobie pouvaient aussi avoir les papilles plus sensibles. Je ne sais pas si c’est mon cas. Difficile de savoir. Je sais comment est mon goût mais comment le comparer à celui d’un autre ? Je peux dire que j’ai senti plus le poivre que les autres personnes de la table dans un plat donné, mais j’ai attribué cela plus à mon manque d’habitude de manger du poivre qu’à une sensibilité plus forte à son goût.

Depuis peu, je découvre les aromates. Je mets un peu de basilic par-ci, j’assaisonne d’un peu de poivre par-là. Jusqu’alors, mon seul condiment connu était le sel, que je mettais dans le riz, dans les pâtes, sur les patates. Lui et lui seul.

Et pour en revenir aux odeurs, depuis que j’ai commencé à goûter de nouveaux aliments l’an dernier, je n’ai essayé que des aliments dont l’odeur m’alléchait, le seul plat que j’ai tenté et dont je n’aimais pas l’odeur, des petits palets de légumes, ne m’ont pas plu non plus au goût et à la texture, et je n’ai d’ailleurs pas réessayé depuis. Aujourd’hui je suis dans une phase où l’envie de goûter revient au grand galop, mais je ne sais pas trop par quel bout commencer. Je me remets à manger du poisson et du poulet, j’avais arrêté pendant quelques mois, me réfugiant dans le confort et la sécurité de mes aliments habituels. Mais pour les légumes, je ne sais pas vraiment comment procéder, par quoi commencer…

Mais, point positif de la soirée, ce message sur le groupe m’a fait réaliser une chose : il y a encore des aliments dont j’aime l’odeur et que je n’ai pas encore goûté. Et si c’était par là qu’il fallait commencer ?

Quant aux légumes, je crois qu’il faut dans un premier temps que je réussisse à trouver ceux qui me font envie, ceux dont l’odeur me plaît, avant de pouvoir envisager d’en goûter.

 

Source photo : Hôtel Marriott – Marché d’Istanbul

Journal d'une néophobe

Il était une fois…

Il était une fois une petite fille très difficile, diront la plupart des gens qui m’ont connue. Une chieuse, une vraie, un petit monstre même diraient mes oncles, tantes et cousins. Une gamine qui n’a pas fait le passage aux morceaux, dirait ma mère. Peut-être parce que mon frère est né à ce moment là, ou peut-être pas… Une gamine traumatisée par un papa énervé qui a crié trop fort contre sa fille qui ne voulait pas manger, dirait mon père, qui culpabilise encore. Une fille qui s’écoute, disent certains, qui ne prennent pas vraiment la peine de creuser sous l’écorce.

Bébé, je mangeais de tout, tant que c’était en bouillie, ma mère me faisait même avaler de la cervelle et du foie sans aucun souci, hyper fière de sa fille qui mange de tout sans broncher. Si elle avait su… Puis ça a bloqué, comme ça sans savoir pourquoi. Je n’ai aucun souvenir de ça, j’étais trop petite pour m’en rappeler. Mon premier souvenir à ce propos date de la maternelle, j’étais la dernière à la cantine, tous les autres avaient déjà terminé leur repas et étaient repartis jouer dans la cour, mais moi j’étais toujours là, l’irréductible qui refuse encore et toujours de manger, ne cédant à aucune des ruses des dames de la cantine…

Jusqu’en CM1, mon repas tous les midis comprenait deux yaourts nature, et rien d’autre. Des frites ou des pâtes quand il y en avait au menu, mais sinon les deux yaourts qu’on me mettait gracieusement de côté chaque jour me suffisaient pour tenir jusqu’au soir. C’était le meilleur compromis que ma mère avait réussi à trouver avec l’école pour que je puisse rester à la cantine. Mais au cours de mon année de CM1 la direction a changé, et avec elle, mes privilèges ont disparu. Et je n’ai plus jamais remis les pieds dans une cantine de ma vie.

Petite, mon alimentation se limitait à une quinzaine d’aliments, tout au plus.

Principalement des féculents. Pâtes au beurre (et même pâtes de couleurs, attention !), riz au beurre aussi, les deux assaisonnés d’une poignée de sel et d’un cube de bouillon de boeuf Maggi, mais si c’était du bouillon de volaille ou autre, ou alors une autre marque, je le sentais de suite, et la vue d’un micro morceau de carotte inhabituel au milieu de mon plat de pâtes m’empêchait de toucher à mon assiette. Pomme noisettes (affectueusement surnommées patates rondes), et pommes rissolées (patates carrées), gaufres de pommes de terre (de la marque Findus, un de mes repas préférés jusqu’à ce qu’ils aient la très mauvaise idée d’arrêter d’en faire !), frites. Mais pas de pommes de terre vapeur, pas de purée, pas de gratin dauphinois ni aucun gratin d’ailleurs. Pas non plus de blé, ma mère a tenté l’Ebly une fois, mais ce fut un échec cuisant. Pas de semoule non plus.

Côté légumes, c’était… comment dire ? Assez limité. Le velouté de légumes verts de ma maman, et rien d’autres. Elle le faisait maison, et y mettait le maximum de légumes possible, le moulinait une fois puis deux avant de le congeler dans des pots à confiture. Puis chaque soir, ou un soir sur deux suivant les périodes, elle le repassait au mixeur avant de le servir, pour être vraiment certaine qu’il ne restait plus un seul morceau. C’était ma seule source de légumes. Pour les fruits, même combat. Le seul qui passait était la banane. Je ne peux pas dire que j’aimais vraiment ça, mais je pouvais en manger, et du coup, à m’avoir forcée à en manger régulièrement, j’en suis aujourd’hui dégoûtée.

Pas de viande, pas de poisson, pas de volaille. Aucune exception. Pas de poisson pané, pas de jambon, pas de steak haché, rien. Aucune exception. Un peu d’œufs, mais à la coque uniquement, et attention, ils devaient être cuits parfaitement car si le jaune avait durci ne serait-ce qu’un peu, hors de question que j’y touche. Et c’était la croix et la bannière pour réussir à me faire manger un peu de blanc d’oeuf.

Pour compenser tout ça, comme je l’ai dit un peu plus haut, velouté de légumes chaque soir, et yaourt obligatoire matin midi et soir pour le calcium. L’avantage, c’est que je n’ai jamais été punie de desserts ! Et bien sûr, yaourts sans aucun morceau de fruits, et pas de compote non plus.

Ah, et puis aussi, je n’aimais pas l’eau, je ne buvais que de l’Oasis orange (parce que Oasis is good).

Côté sucré, je suis beaucoup moins difficile, mais là encore aucune règle ne s’applique. J’aimais certains biscuits et d’autres non, sans aucune raison apparente. Les crêpes oui, le pain oui, mais blanc de blanc, pas de pain de campagne, et encore moins du pain aux céréales. La moindre graine apparente m’empêchait totalement de toucher au pain. Et en parlant de céréales, j’en mangeais, mais des Coco Pops seulement, et surtout pas une autre marque. Non, toutes les céréales au chocolat ne se ressemblent pas.

Ah, et puis histoire d’outrer bon nombre de personnes : non, je n’aime pas le Nutella.

Voilà la liste non-exhaustive mais presque quand même de mon alimentation, de mes 2 ans à il y a quelques mois. Je ne pense pas avoir oublié grand chose…

Journal d'une néophobe

Ma première part de pizza

Rentrer chez moi à pied, par un chemin que je ne prends pas habituellement. Passer devant Pizza Hut. Sentir l’odeur de la pizza. Regarder la carte. Pizza Margherita. Juste de la tomate et du fromage.

Un ami m’avait dit il y a longtemps, si tu dois goûter de la pizza un jour, commence par la margherita. Et effectivement, c’était un bon conseil. Si quelqu’un avait pu m’accompagner dans ce long voyage que je viens d’entamer, ça aurait sûrement été lui. Il aurait bien voulu d’ailleurs, mais à l’époque je n’étais pas encore prête. Enfin surtout, je n’avais les anti-dépresseurs. Parce qu’il faut bien l’admettre, deux jours avant qu’on ne me parle de ce traitement, je n’étais pas franchement plus prête qu’il y a six ans. Beaucoup de mecs qui ont croisé ma vie m’ont dit que eux, ils arriveraient à me faire manger, plein d’assurance, mais sans réelle envie de m’y aider. Un jour, ce même ami m’avait dit que celui qui réussirait à me faire manger, ce serait le bon et que je pourrais l’épouser. Je ne sais pas trop si je dois me marier avec mon médecin, ou avec l’anti-dépresseur, mais bon toujours est-il que je crois que ça y est, je commence à manger !

Rentrer dans Pizza Hut sur un coup de tête, sans prendre le temps de me poser des questions. Commander une pizza, en avoir une offerte en plus. 10 minutes d’attente. Téléphoner pour penser à autre chose et ne pas prendre le risque de me raviser. De toutes façons c’est déjà payé. Ne pas en parler au téléphone, pour ne pas rajouter de pression supplémentaire. 20 minutes de marche, les boîtes de pizza à la main, l’odeur qui me chatouille les narines et me crie d’ouvrir la boîte et d’attaquer avant même d’être arrivée à la maison. Mais non, je ne veux pas aller trop vite cette fois. Prendre le temps, faire durer l’envie, savourer l’envie d’avoir envie de goûter, sans stress ni angoisse d’aucune sorte. Sans aucun apriori négatif de ma première tentative de pizza, où je n’avais mangé que deux ou trois petits morceaux. Arriver à la maison et m’installer, commencer tant que je suis seule, manger normalement. Croquer à pleines dents une vraie bouchée, pas attraper un tout petit morceau du bout de la fourchette pour dire que j’en mangé. Ne pas me sentir obligée, juste en avoir envie. Terminer une part. Avoir envie d’une deuxième. La manger aussi.

Me sentir heureuse, fière de moi, victorieuse, forte.